Corriger la dyslexie en rythme

Dys Dyslexies 

Des séances hebdomadaires de musique rythmée pendant quelques mois améliorent considérablement les capacités de lecture des enfants dyslexiques. Une approche complémentaire à l’orthophonie qui mérite d’être développée.

Article de Inserm
La musique pourrait aider votre enfant à venir à bout de sa dyslexie. C’est ce que montre une équipe Inserm qui a soumis des enfants à une cured’apprentissage musical ou d’art plastique pendant six mois. Les résultats sont très en faveur de la musique, sous réserve qu’elle implique du rythme. Le solfège seul ne suffit pas.

Tout est parti de travaux antérieurs montrant que le traitement de la musique et du langage (impliquant le discernement des sons), s’effectue dans les mêmes zones du cerveau, en particulier les aires temporales et l’aire dite de Broca. Et de fait, des études menées chez de grands musiciens qui s’exercent pendant des heures montrent que leurs capacités de langage sont exacerbées. Ils discriminent beaucoup mieux les sons et apprennent plus facilement une langue étrangère que la moyenne. « Le rythme semble réguler l’activité oscillatoire cérébrale qui est nécessaire au traitement du langage et à la reconnaissance des sons » confirme Daniele Schön*, coauteur de ces travaux.

Or la dyslexie, qui se manifeste par des difficultés de lecture, serait due à un problème d’encodage des sons. Les enfants auraient par exemple du mal à différencier un BA d’un PA, et seraient donc incapables de restituer deux sons différents à la lecture, laissant croire à une incapacité à reconnaître les lettres. Et là encore, de précédents travaux ont montré que les enfants qui ont des difficultés en lecture présentent également des problèmes de coordination sur le rythme que ce soit en chant, en danse, ou tout simplement en tapant des mains sur une mélodie.


Source de cette publication
Lisez la suite de cet article sur le site Inserm

A lire aussi au le coin des dys


Dyspraxie en classe : grille des signes d’appel
Dyspraxie en classe : grille des signes d’appel

La dyspraxie fait partie de ces troubles dits TSLA : “troubles spécifiques du langage et des apprentissages”. Elle peut se repérer dès la maternelle en observant l’enfant en classe. Le repérage fait partie des missions de tout enseignant mais celui-ci se trouve souvent bien dépourvu d’outils pour cela.


La dyspraxie verbale
La dyspraxie verbale

Pour parler, il faut coordonner plusieurs mouvements, dont ceux de la langue, des lèvres et des cordes vocales. L’enfant qui présente une dyspraxie verbale a de la difficulté à planifier et à programmer tous les mouvements nécessaires pour émettre les sons correctement. C’est comme s’il avait de la difficulté à envoyer les bonnes instructions de mouvements à sa bouche.


Tableau des syllabes
Tableau des syllabes

Dans un tableau à double entrée associant consonnes et voyelles (simples ou complexes selon le jeu), les élèves sont invités à placer des images dans la case correspondant à l’une des syllabes du mot.


A lire aussi au le coin sur la dyslexie




Dyslexique : les aménagements possibles !
Dyslexique : les aménagements possibles !

La dyslexie est un trouble du langage écrit caractérisé par une difficulté persistante et durable de l’apprentissage, l’acquisition et l’automatisme de la lecture. Plus simplement, elle se définit comme l’incapacité de l’enfant à apprendre à lire, à acquérir le mécanisme de la lecture et finalement, à lire de manière spontanée et automatique.


Les neurones de la lecture par Stanislas Dehaene
Les neurones de la lecture par Stanislas Dehaene

Stanislas Dehaene se propose ici d'aborder le processus de lecture sous l'angle des neurosciences. Une telle approche permet d'éclairer d'un jour nouveau cette activité propre à l'homme, que la plupart des adultes accomplissent le plus naturellement du monde, et dont l'apprentissage est crucial.